Maïa Jancovici  
 

 

 

Habitants
I like the light inside
Les yeux ouverts
Sans titre (Mon corps)
 
 
 
 
Elle court du matin au soir du soir au matin, corps vide, souffle lent. Elle court dans le plus bref des silences, dans l'aridité d'un matin. Petit à petit le ton monte, les mots s'essoufflent, il n'y a aucune raison de voir plus loin. Elle court et t'interpelle sans relâche - Elle s'élance.
Toute petite déjà les nuages sont lourds et présents, l'humidité la berce, elle se noie doucement dans le vert pur, flamboyant. ... Traîner   vers la mer, contrer l'étouffement; dans l'apparence la plus pure d'un bouleversement anodin. L'espoir dérouté et merveilleux pourtant...
Un deux trois, les yeux au ciel - Un deux trois elle n'a pas l'intention que cela cesse...
Hier soir,   le    paysage   était   immobile; elle a eu   froid dans le dos. Elle avance d'un pas sûr, les bras croisés. Et soudainement se rappelle.
Elle regarde avec gourmandise le soleil s'élever trop vite...
Elle dit ''s'emmêler se retrouver être mon   trésor, glisser se raccrocher délicieusement''. ''Perdue pas loin, elle peux courir sauter faire attention tout dire''. Elle   vacille encore, elle veut revenir. Elle respire tout ce qui l'environne, elle rentre elle   sort.
Trouver manquer.
Elle a dit ''s' efforcer sans cesse, avaler tout. Rester crier, regretter un instant; rester assise. Ici aussi l'horizon lui manque'', elle voit le ciel qui se couvre...
Elle pense ''ne cesser de se mouvoir, ne jamais croire, tenir sans regretter, et puis comment savoir?... S'agacer trop parler ou trop peu''. Cela l'a marqué mais pourquoi si fort ?

Trouble qui se tait . Il y a tellement de bruit d'habitude. Le temps s'est arrêté. Fois dix; ça se comprend, fois cent, c'était quoi? Le ciel aussi a cessé de bouger, la lumière est intacte; la tête tournée, ses yeux se posent. Tout se fait pressant, dehors un vent incroyable détache les feuilles une à une. Terre ferme. Tout est calme, elle   respire sourit.
Corps absent. Cris d'oiseaux. Sa main glisse sur la balustrade, tout a commencé.
Souvenir qui persiste, beaucoup moins , beaucoup moins...

Dormir ne rien voir rester de plus en plus s'endormir.

Coeur   qui bat vitesse folle battre et voilà et se mordre les lèvres dire prairies verdoyantes sans plus savoir son nom. ...Elle dit les voir. Encore nombreux dans un coin.  
Ne pas ralentir, toujours pas parler, pas éclairer - battement de coeur. Toute petite, le rayon la frôle. Elle se tourne à droite et puis à gauche se penche juste assez, elle se penche, la chaise se renverse, elle manque de tomber. Assise à l'écoute elle retient, prend   parti. Et de nouveau tentée elle rejoue. Histoire de.
Dans le noir elle se reprend, déambule sans inquiétude. Elle plisse les yeux. Ca pourrait être ici qu'elle a grandi. Petit à petit hier soir...
Petit à petit elle se rapproche...
Ecarquiller les yeux, tout est différent, les rêves sont les mêmes. Elle ne veut plus partir. 
 
   
 
     
 
 
Les yeux ouverts - 2006  
 
 
  Creative Commons License